En raison de l'épidémie COVID-19, les réunions régionales sont suspendues jusqu'à nouvel ordre
 
 
 

COVID-19 Infos générales sur le virus Actualités COVID-19 Informations du 7 mai

Nous vous avions invités il y a quelques semaines à participer à l'enquête de "Patients en réseau" qui voulait analyser si confinement et déconfinement étaient ressentis de manière spécifique par les personnes atteintes de tout type de cancer.

 

Nous vous en donnons aujourd'hui les résultats.

Une première enquête avait été réalisée au bout de 4 semaines de confinement (Résultat Enquête N°1 Confinement)

La seconde vague de l’enquête réalisée après 6 semaines de confinement semble dessiner un sentiment d’apaisement de la part des patients vis-à-vis de leur situation liée à cette crise.

Au plan de la population observée, nous disposons d’un nombre de patients significativement plus élevé (1737 vs 1119), avec un spectre de genres et de pathologies plus large. A noter que les maladies du sang représentent 35% des réponses.

 

On observe notamment :

  • Un décalage entre l’alarmisme véhiculé dans les médias et le vécu du terrain quant à la bonne adaptation des parcours de soins pour les patients en cours de traitement. De façon générale les reports ou annulations sont plutôt réduits, notamment pour les patients métastatiques qui disposent des taux de maintien les plus élevés. Pour autant, le suivi à distance est loin d’être généralisé, près de 40% des patients n’y ayant pas accès alors qu’ils souhaiteraient en bénéficier.
     
  • Un niveau d’anxiété et de fatigue en baisse depuis le début du confinement, accompagné d’une baisse drastique de l’impact de problématiques telles que le travail ou l’humeur. De leur côté, les évolutions ou ruptures du parcours de soins ont aussi un impact en baisse, les personnes interrogées l’estimant nettement moins négatif que celui relatif à la vie sociale et aux loisirs (81% vs 25%).
     
  • L’émergence d’un point de bascule générationnel qui conditionne le vécu de la crise et du confinement. Ainsi, les moins de 55 ans – qui sont aussi ceux qui sont le plus souvent avec leur famille et en activité - subissent les plus forts impacts en termes d’humeur, de stress et de déprime. C’est aussi chez eux que l’on observe le vécu le plus négatif vis-à-vis des ruptures des parcours de soins (18% vs 33%). A noter que les écarts observés au titre de l’âge sont nettement plus significatifs que ceux observés entre les différentes pathologies, y compris métastatiques.​
     
  • Des attentes et des craintes en termes de confinement qui semble assez proches du reste de la population, le niveau d’inquiétude des patients apparaissant même plus faible (par exemple 75% des répondants à notre enquête ont peur d’être contaminé contre 83% pour la population générale-Etude Odoxa Avril 2020-), ce qui pourrait démontrer une meilleure adaptation aux situations d’incertitude et de crise des personnes malades.

Sans surprise, les 3 principales mesures de protection attendues sont l’accès au masque, le dépistage, le respect strict des gestes barrières. Le confinement prolongé des personnes à risque n’étant pour sa part plébiscité que par 20% des personnes interrogées.

Pour vous donner une illustration très attrayante de ces résultats, une infographie a été réalisée.

Cliquez ici pour y accéder.

 

Et vous pouvez également souhaiter connaître le détail de toutes les réponses de l'enquête,

Cliquez ici pour y accéder.

 

Retour


   Je vous souhaite
   la bienvenue sur
  le site de la SILLC

Identification

Vous êtes identifié :

 Prénom :
 Nom :
 Pseudo :

Si vous n'êtes pas inscrit(e) avec email et mot de passe, faites-le. C'est gratuit. Cliquez sur Devenir Adhérent

Particuliers

Professionnels de santé